• Dépistage du VHC
Pourquoi dépister ?
L’hépatite C est une maladie fréquente, transmissible, potentiellement grave et dont on peut guérir.

Comment dépister ?
Le dépistage repose, en présence de facteurs de risques, sur la recherche d’anticorps anti VHC de type Elisa 3 sur 2 prélèvements successifs. La positivité des Ac VHC signe un contact antérieur avec le VHC. La recherche de l’ARN du VHC dans le sérum permettra de distinguer d’une part le contact ancien guéri (ARN VHC négatif) et d’autre part l’hépatite chronique virale C (ARN VHC positif).

Qui dépister ?
Le dépistage doit être proposé en cas :
Risque quantifié et élevé (prévalence > 2 %)

– Transfusion ou greffe antérieures à 1992
– Usage de drogues IV ou sniff récent ou ancien
– Enfants de mère VHC+
– Hémodialysés
– Patients infectés par le VIH ou le VHB
– ATCD de chirurgie "lourde" ou réputée hémorragique (durée > 2 heures, orthopédique, gynécologique, …) ou de séjour en réanimation avant 1992
– Accident d’exposition au sang

Risque non quantifié ou faible (prévalence < 2 %)

– Partenaires sexuels de sujets VHC+
– Entourage familial
– Population carcérale ou antécédent carcéral
– Piercing, tatouage, mésothérapie, acupuncture avec du matériel non à usage unique
– ALT élevées sans cause connue
– d’asthénie inexpliquée
– d’antécédent d’ictère

Il doit également être proposé aux ressortissants de pays réputés ou présumés à forte prévalence (Asie du sud est, Moyen orient, Afrique, Amérique du sud).

Copyright 2006 © Réseau Hépatites Nord-Pas de Calais, tous droits réservés. Avec le soutien de