• L’hépatite C

L’infection aiguë par le VHC est asymptomatique dans la majorité des cas (# 90%). L’hépatite fulminante lors d’une infection par le VHC est très rare (beaucoup plus rare qu’avec le VHA et VHB). Cependant, 85% des patients évoluent vers une infection chronique. Le plus souvent, les porteurs chroniques du VHC sont asymptomatiques mais ont des anomalies discrètes des transaminases qui amènent au diagnostic. La progression de la maladie est très variable, mais on estime que 20 à 30% des patients ont une cirrhose après 20 à 30 ans d’évolution. La cirrhose liée au VHC est l’une des indications les plus fréquentes de transplantation hépatique en Europe. L’infection chronique par le VHC est associée à un risque accru de carcinome hépatocellulaire. Une fois la cirrhose établie, le taux de cancer du foie est de 1-4% par année. Le VHC entraîne rarement des manifestations extra-hépatiques de nature immunologique au niveau cutané, articulaire, rénal ou neurologique (lichen plan, arthrite, Sjögren, glomérulonéphrite, cryoglobulinémie) et est un facteur précipitant de porphyrie cutanée tardive.

Copyright 2006 © Réseau Hépatites Nord-Pas de Calais, tous droits réservés. Avec le soutien de