• Transmission du VHB
L'hépatite B est considérée comme une maladie infectieuse extrêmement contagieuse : le VHB est 50 à 100 fois plus infectieux que le virus du SIDA. Le virus de l'hépatite B se transmet par tous les liquides et sécrétions biologiques, le plus souvent par contact sexuel et par le sang. Les principales voies de transmission sont donc les contacts sexuels, les injections (usage de drogues) et transfusions à risques, la transmission de la mère à l'enfant à l'accouchement et le contact étroit avec une personne infectée. Le virus ne peut être transmis par l'eau ou les aliments contaminés, ni par simple contact sur les lieux de travail. La transmission peut être inapparente, et chez environ le tiers des sujets infectés par le VHB, aucune histoire d’exposition ou facteur de risque n’est identifié. L’homme est le seul réservoir du virus de l’hépatite B.

Dans le monde, les modes de transmission les plus fréquents sont de la transmission de la mère à l'enfant, entre enfants d'une même famille et par réutilisation de seringues et d'aiguilles non stérilisées.

Le mode de transmission varie selon les régions du globe avec prédominance de la transmission par voie sexuelle en Europe et aux USA. En revanche, la transmission materno-fœtale prédomine largement en Afrique subsaharienne et en Asie expliquant la forte prévalence du VHB dans ces régions. Dans beaucoup de ces pays, la quasi-totalité des enfants est infectée par le VHB. En France, depuis 1992, un dépistage systématique de toutes les femmes enceintes est effectué au 6ème mois de grossesse.
Le mode de contamination est associé à une évolution différente de la maladie (voir chapitre Evolution)


Copyright 2006 © Réseau Hépatites Nord-Pas de Calais, tous droits réservés. Avec le soutien de