• Transmission du VHD
Sa transmission est proche de celle du VHB. Les personnes à risque sont donc les personnes à risque d'infection pour le VHB. Dans les régions de faible endémie, la transmission parentérale du VHD est la plus fréquente. Elle s'effectue alors par les produits sanguins (hémophiles, transfusion) et les partages de seringues chez les usagers de drogues (risque élevé dans cette population). Des épidémies d'hépatites D fulminantes ont été décrites chez les toxicomanes des États-Unis et d'Europe de l'Ouest. La transmission par contact sexuel est possible, mais elle n'est pas fréquente de même que celle de la mère à l'enfant. La transmission par contacts familiaux est possible. La transmission par la salive reste controversée. Les lésions cutanées des enfants (impétigo, gale, maladies de peau) peuvent favoriser la transmission du VHD.


Copyright 2006 © Réseau Hépatites Nord-Pas de Calais, tous droits réservés. Avec le soutien de