• Le virus de l’hépatite C

Caractéristiques du VHC
Le virus de l’hépatite C (VHC) a été identifié en 1989 par des techniques de biologie moléculaire. Il appartient à la famille des Flaviviridae, du genre hepacivirus. Les particules virales ont un diamètre de 55 à 65 nm. Elles sont constituées de 3 structures : 1) une enveloppe lipidique au sein de laquelle sont accrochées 2 protéines virales E1 et E2, 2) une capside protéique formée par la protéine de capside C, 3) le génome viral constitué d’une molécule d’ARN simple brin.


Représentation du VHC

Le génome du VHC est divisé en 3 régions : 1) la région 5’ non codante, 2) le cadre de lecture ouverte, 3) la région 3’ non codante.


Génome du VHC

L’analyse des souches de VHC identifiées dans les différentes régions du globe a permis d’observer 6 types différents (génotypes de 1 à 6) ainsi qu’un nombre important de sous-types au sein de chaque génotype (identifiés par des lettres minuscules). Les types diffèrent entre eux par 1/3 de leur séquence nucléotidique et environ 30% de leur séquence amino-acidique, alors que les sous-types ne diffèrent entre que par un peu plus de 20% de leur séquence nucléotidique. Cette variabilité génomique existe pour chaque individu porteur du VHC : de cette manière, le VHC circule sous la forme de quasi-espèces (mélange de variants génétiques viraux en équilibre précaire). Cet élément est vraisemblablement un point clef dans le maintien chronique du VHC dans l’organisme de par la capacité d’adaptation de ces dernières aux modifications extérieures et à l’origine de la résistance aux traitements.

Epidémiologie du VHC
Le VHC est ubiquitaire c'est-à-dire qu’il est présent partout dans le monde. La répartition du VHC dans le monde varie et il existe 3 zones de prévalence (c'est-à-dire de fréquence de la maladie). On estime que 150 millions de personnes sont atteints d’hépatite C dans le monde soit une prévalence globale de 3 % dont 5 millions en Europe de l’Ouest.
La France, comme le reste de l’Europe de l’Ouest et les USA, appartient à une zone de moyenne prévalence avec une fréquence estimée du virus de l’ordre de 1,2 % ce qui correspond à environ 500 à 600.000 personnes. On considère que le VHC est responsable d'environ 20 % des cas d'hépatites aiguës et de 70 % des cas d'hépatites chroniques.
La répartition des différents génotypes et sous-types varie selon les régions du globe. En France, comme en Europe de l’Ouest et aux USA, la population virale est largement dominée par les génotypes 1 (1b : 40-45% et 1a : 15-20 %). Viennent ensuite, par ordre décroissant, le génotype 3a (15-20%), les génotypes 2 et 4 (10 % chacun) puis enfin le génotype 5 (<5%). Le génotype 6 est exceptionnel. Le génotype 1b est plus volontiers rencontré en cas de contamination par transfusion, les génotypes 3a et 1a en cas d’usage de drogues par voie veineuse.

Copyright 2006 © Réseau Hépatites Nord-Pas de Calais, tous droits réservés. Avec le soutien de